Accompagner les aîné-es

Programme 18 Jan 2014

Aujourd’hui, à 60 ans, un homme a une chance sur deux de dépasser 90 ans, au même âge, une femme a 50 % de chance d’arriver à 95 ans, et 25 % à 98 ans. La longévité, l’allongement de la vie est un gain évident mais vivre bien et longtemps reste une chance et se prépare. C’est un vrai défi et une vraie responsabilité pour nos sociétés. L’espérance de vie augmentant, les dépenses de santé sont également plus importantes. Une politique publique à l’égard des seniors doit donc prendre en compte de nombreux facteurs, parfois délicats à saisir. Mais il ne faut pas « battre en retraite »! Dégagés des obligations professionnelles, les ainé-es participent positivement à la vie sociale par leurs activités multiples, gardes des petits-enfants, engagements citoyens et associatif… Au contraire, le refus du cloisonnement, l’aménagement de territoires spécifiques pour les aînés mais partagés avec les autres générations ne doivent jamais être perdus de vue. Ce sont ces objectifs que la liste « Changez la ville ! » a la volonté de mettre en œuvre.

NOS OBJECTIFS

  • Mener une politique volontariste de maintien à domicile pour faire reculer l’âge de l’entrée dans l’hyper-dépendance. En 1999 à Rennes, les plus de 60 ans étaient 30000, en 2008, ils ont augmenté de 5000 et représentent 17 % de la population rennaise. Parmi eux, les plus de 85 ans sont 2 000, leur population a doublé en 9 ans.
  • Améliorer la ville. Nous voulons améliorer la ville pour améliorer la vie des personnes âgées. Plutôt que quelques grands projets, cela passe par une multitude de petits aménagements simples et concrets. – Ouvrir les maisons de retraite sur l’extérieur, permettre aux personnes âgées de sortir de chez elles de façon la plus autonome possible, aussi âgées soient-elles ;

    • favoriser l’activité physique et créatrice des seniors: danse, musique, chorale… ;

    • faciliter les déplacements sécurisé et à vitesse réduite (zone 30 à proximité des maisons de retraite).

  • Envisager une « bonne » politique vieillesse municipale comme un tout interactif. Il faut améliorer le partenariat entre les différents intervenants publics auprès des personnes âgées.

    • Aider les familles face à la vulnérabilité des personnes vieillissantes. La situation des conjoints âgés qui aident leur conjoint malade devient souvent plus critique que celle de la personne aidée. Ces personnes doivent être vraiment prises en charge même si elles ne sont pas malades ou dépendantes ;

    • prendre en compte la souffrance au travail des soignants et des soignantes. Il faut accompagner ces derniers dans leur représentation de soi, les aider à penser leur métier comme une carrière, et engager un observatoire sur leur santé à eux aussi. Les acteurs en relation avec les personnes âgées sont à « encourager », pour que les personnes âgées aient une vie culturelle, politique, etc., et que la vie des ainé-es ne soit pas « entre vieux »…

  • Fédérer, coordonner les structures intervenant auprès des personnes âgées, pour renforcer leur efficacité. La création d’un Conseil de gérontologie réunissant l’ensemble des partenaires travaillant auprès des ainé-es y contribuera.
  • S’appuyer sur les personnes âgées elles-mêmes pour construire de nouvelles politiques en leur faveur car comme dans de nombreux domaines ce sont souvent les habitants et les habitantes qui ont la solution.
  • Aide à la personne: privilégier et promouvoir l’offre publique ou celle d’associations sans but lucratif. Limiter de façon drastique le recours à des entreprises privées d’aide à la personne. Ce marché se développe sans apporter de garantie suffisante.

NOS ENGAGEMENTS

  • La santé des seniors :

    • Penser le lien entre santé et nutrition: aider les personnes âgées à manger sain : participation à des AMAP quand ils sont à domicile, organisation de repas bio en restauration collective ;

    • affiner les connaissances sur l’état de santé de la population vieillissante à Rennes en commandant une étude ;

    • prévenir le suicide des personnes âgées : symptôme de l’échec de notre société, un tiers des suicides menés à terme concerne des personnes de plus de 65 ans (soit 18 % de la population française). Les veufs se suicident cinq fois plus que les veuves ;

    • renforcer le lien entre les hôpitaux et les EHPAD dont la compétence en gérontologie est de plus en plus forte ;

    • sensibiliser les personnels de santé à la douleur spécifique des personnes âgées. Par exemple, Rennes n’a pas d’algogériatre, et des forums de gérontologie pourraient être organisés ;

    • soutenir les aidants familiaux et professionnels en leur ménageant des temps de répit, des formations, de l’écoute, une existence dans les structures d’accueil pour ne pas leur donner l’impression de parasiter le travail auprès des personnes âgées.

  • L’habitat des seniors :

    • Le coût de la perte de l’autonomie ne cesse d’augmenter alors que la retraite stagne : la garde à domicile revient cher… La colocation avec un jeune étudiant peut être bienvenue comme le regroupement en co-logement de plusieurs personnes âgées. Ces formes de logements permettent de mutualiser des services ;

    • les projets d’habitats participatifs doivent se développer car ils apportent des solutions en matière de logements intergénérationnels ;

    • penser à des veilleurs et veilleuses itinérants: surveillance nocturne comme celle qui existerait pour les handicapés. Les géronto-technologies ne remplaceront jamais le lien humain.

  • La mobilité des seniors dans la ville :

    • Dans le cadre de notre volonté d’élargir les transports en commun, la mobilité des aîné-es sera particulièrement prise en compte. Les courts trajets sont fréquents (un ou deux arrêts) pour les personnes âgées mais leur vitesse de déplacement est lente ;

    • faciliter la formation des conducteurs et conductrices de bus à l’accueil des personnes âgées ;

    • en élargissant les zones 30, les zones de rencontre et le plateau piétonnier, nous rendrons plus sûr le déplacement à pied des personnes âgées ;

    • équiper les squares et parcs publics de mobiliers urbains sportifs: près des jeux d’enfants, les regards sur la vieillesse pourront changer. Jeux de palets, de quilles, mais aussi mobiliers pour efforts physiques doux ;

    • aider au commerce de proximité ;

    • ouvrir des bibliothèques de quartier et mettre en place un service de portage de livres, livres lus, CD et DVD aux personnes âgées en EHPAD et à domicile organisé par le service « Médiation et action éducative » des bibliothèques municipales.

CONTRIBUEZ !

Navigation<< Faire de la place aux jeunes | 

Comments are closed