L’émancipation par la pratique sportive

Programme 18 Jan 2014

Le sport est culture. La règle n’est pas seulement coercitive, elle offre au joueur la possibilité de s’exprimer légalement, dans les intervalles qu’elle laisse libres. L’activité sportive est activité de création. Nous portons une politique sportive spécifique, qui favorise le sport pour tous (et notamment pour toutes), le sport comme outil d’éducation populaire, de contact avec la nature, de la reconquête de l’espace public, du renforcement des solidarités et des liens entre générations, de la santé… Le sport est d’abord un outil d’intégration, d’éducation, d’appren- tissage de la citoyenneté. Il peut favoriser l’épanouissement et l’amusement, apprendre l’altérité. Il est un vecteur d’émancipation individuelle et collective. Il est aussi un formidable outil des politiques de santé publique. Ainsi, si le sport professionnel et le sport-spectacle ont leur place dans notre ville, ils ne doivent pas prendre le pas sur le sport pour toutes et pour tous.

NOS OBJECTIFS

  • L’accès au sport ne doit pas être une source de discrimination. Le sport pour toutes et pour tous doit être favorisé. Les familles et personnes aux revenus modestes doivent pouvoir pratiquer un ou plusieurs sports. Ainsi, aucun enfant ne doit être privé d’une activité sportive pour des raisons financières.
  • Nous voulons favoriser l’accès des femmes à la pratique sportive et aux postes à responsabilité dans les organisations sportives. Car dans le sport aussi les inégalités hommes-femmes sont inacceptables.
  • Les personnes en situation de handicap qui le souhaitent, et particulièrement les plus jeunes, doivent également pouvoir pratiquer un sport dans le club de leur quartier ou à l’école.
  • Nous voulons créer des conditions d’une pratique de qualité pour l’éducation physique et le sport scolaire.

NOS ENGAGEMENTS

  • Le sport pour toutes et pour tous :

    • Des tarifs qui permettent l’accès au sport pour toutes et pour tous. Nous étudierons la possibilité du calcul du tarif des licences en fonction des revenus de la famille (quotient familial). Le club ou l’association récupérera ensuite auprès du CCAS la différence ;

    • nous reconduirons, le dispositif d’aide « sortir ». Il sera complété par un appel à projet pour créer une bourse d’échange pour le matériel individuel souvent cher pour les familles ;

    • Allez les filles! L’accès des femmes aux pratiques sportives doit être favorisé. Les critères de subventions seront revus afin d’accompagner les clubs qui développent des sections féminines, qui intègrent des femmes dans la gestion de la structure et qui luttent contre le sexisme et le machisme dans le sport et notamment dans les compétitions ;

    • favoriser l’accès au sport aux personnes en situation de handicap. Pour cela, il est nécessaire de revoir l’accessibilité handicapés sur l’ensemble des installations, pour permettre une pratique sportive dans toutes les disciplines. Il est aussi indispensable de soutenir les filières handisports qui voient le jour à Rennes.

  • Le sport de toutes et de tous :

    • Améliorer l’accessibilité des installations sportives. En permettant l’accès libre à certains équipements sportifs. En augmentant le nombre de terrains synthétiques sur Rennes et dans les quartiers, pour permettre la pratique du sport en toutes saisons. En augmentant l’amplitude des horaires d’ouverture au public. Il est ainsi inacceptable que la piscine de Villejean soit fermée durant les périodes de vacances scolaires !

    • la ville comme terrain de jeu. Il est nécessaire de poursuivre les aménagements extérieurs pour faciliter la pratique du sport spontanée, individuelle ou collective tels les équipements sportifs (rameurs, abdominaux, etc.) installés sur la promenade des Bonnets rouges ;

    • de la même manière, l’utilisation ponctuelle (par exemple le dimanche) de places ou de rues pour les dédier à la pratique sportive sera développée. L’extension du réseau cyclable et chemin piétonnier favorisera aussi une pratique sportive quotidienne.

  • Le sport, outil d’éducation populaire :

    • Créer un dispositif « sport sur ordonnance ». En partenariat avec l’Agence régionale de santé et le régime local d’assurance-maladie, ce dispositif vise à inciter les malades à faire du sport, en leur donnant accès gratuitement et sur ordonnance d’un médecin à certaines activités (marche en club, vélo, natation, gymnastique douce…). Les participants et participantes sont encadrés par un éducateur ou une éducatrice sportif. Strasbourg expérimente depuis novembre 2012 ce dispositif. Plus de 300 patients et patientes traités pour obésité, diabète ou cancer en ont déjà bénéficié ;

    • des éducateurs et éducatrices sportifs dans les écoles et les quartiers. Pour que le sport soit aussi un temps d’éducation, nous souhaitons poursuivre la mise en place d’éducateurs et d’éducatrices sportifs dans les écoles et à disposition des clubs des quartiers. Nous proposerons aussi aux gardiens d’installations sportives des formations à l’encadrement et à la médiation ;

    • des écoles multisports. Nous encouragerons le développement des écoles multisports. En permettant aux jeunes enfants de 4 à 12 ans de pratiquer toute l’année une multitude d’activités, les écoles multisports ont vocation à promouvoir la découverte sportive dans les quartiers. La mise en œuvre des rythmes scolaires ouvre aussi de nombreuses opportunités pour le développement des pratiques sportives auprès des jeunes ;

    • impliquer les jeunes dans l’encadrement et la vie associative. Parce que l’investissement au sein d’une association sportive est un formidable outil de formation citoyenne, de responsabilisation mais aussi d’apprentissage de la gestion d’une équipe ou d’une structure, nous favoriserons les clubs qui mènent une politique d’implication des jeunes dans la vie du club ;

    • une meilleure transparence des subventions octroyées. Les critères seront revus afin de favoriser les clubs qui portent un véritable projet associatif et d’intérêt général. Certaines subventions aux clubs professionnels, qui ne relèvent pas de la politique sportive à proprement parler, seront reversées sur le budget communication.

  • Développement durable dans les politiques sportives :

    • Une charte du sport rennais pour le développement durable. Elle sera élaborée en partenariat avec le mouvement sportif, sur la base de la « charte du sport français pour le développement durable ». Les aides seront ensuite conditionnées aux points figurant dans cette charte ;

    • des manifestations sportives exemplaires. Les organisateurs et organisatrices de manifestations sportives seront accompagnés pour limiter leur empreinte écologique (déplacements, traitement de déchets…) ;

    • former au développement durable. Les animateurs et animatrices de club pourront bénéficier de formations au développement durable. Les clubs initiant des actions en faveur du développement durable auprès des jeunes seront aidés.

  • Rénover et développer les infrastructures sportives :

    • Rénover les équipements. Par la mise en place d’un plan pluriannuel de rénovation des équipements. Toute rénovation respectera un cahier des charges qui inclura l’utilisation d’éco-matériaux, une bonne isolation et la production d’énergies renouvelables ;

    • intégrer la pratique et les besoins d’équipements sportifs dans les nouveaux quartiers dès leur conception ;

    • étudier la création d’une nouvelle piscine. De manière à disposer d’une piscine pour environ 40 000 habitants, il est nécessaire de construire une nouvelle piscine à Rennes. Elle devra être écologique. Une implantation dans le secteur du Blosne/Poterie, à proximité d’installations sportives existantes, des transports en commun et d’un réseau de chaleur (pour chauffer l’eau de la piscine) semble pertinente et est à étudier ;

    • favoriser la mutualisation des équipements de proximité avec toutes les communes de Rennes Métropole. Envisager la création de nouveaux équipements de façon concertée à l’échelle de l’agglomération afin de mutualiser les coûts et d’optimiser l’utilisation des infrastructures.

CONTRIBUEZ !

Navigation<< La diversité des langues est une richesse culturelle | 

Comments are closed