Préférer la prévention à la répression

Programme 18 Jan 2014

La répression, l’augmentation des effectifs de police ou du nombre de caméras de vidéosurveillance ne sont évidemment pas une solution à l’insécurité. Ainsi, nous considérons que la création récente d’une zone de sécurité prioritaire au Blosne est stigmatisante et ne résout aucun problème. Une approche globale prenant en compte les problèmes de délinquance, mais aussi les difficultés économiques et sociales, l’urbanisme, la présence ou l’absence de services publics est nécessaire.

NOS OBJECTIFS

  • Nous voulons « prévenir plutôt que guérir ». Il s’agit de mettre en œuvre des politiques qui permettent d’abord d’anticiper les dangers, de réduire l’insécurité, les faits d’incivilité et de délinquance. Cela passe donc avant tout par la création de dispositifs de responsabilisation, de prévention et de médiation, plutôt que de répression.

NOS ENGAGEMENTS

  • Une politique de prévention ambitieuse :

    • Après évaluation, nous renforcerons la politique de prévention et de médiation de proximité ;

    • nous mettrons l’humain au cœur des politiques de sécurité en renforçant les différents dispositifs (Noz’ambule, médiation de nuit, maraude ou médiation de voisinage) ;

    • une réflexion sera menée sur les statuts des personnels qui effectuent ces actions ;

    • la politique d’emploi de la police municipale sera basée sur la médiation de voisinage et la prévention par l’îlotage. De même, nous sommes opposés à l’armement de la police municipale.

  • Une approche globale de la sécurité. Nous organiserons une « prévention situationnelle ». C’est une méthode orientée vers la prise en compte de la sécurité dans les aménagements des espaces urbains, afin de construire un urbanisme apaisant et convivial, de rétablir un espace public pour toutes et pour tous. Chaque mois des marches exploratoires seront organisées en présence des élu-es, des associations, des services de la ville, de la police et d’architectes-urbanistes afin d’identifier les situations problématiques ou les défauts urbains et réduire les risques de nuisance.
  • Se réapproprier le débat de la sécurité. En lien avec la Commission locale de sécurité et de prévention de la délinquance, une évaluation des dispositifs de sécurité sera menée avec les associations et Conseils de quartier, notamment pour mettre en place des alternatives aux caméras de vidéosurveillance, coûteuses, peu efficaces et porteuses de remises en cause des libertés individuelles.

CONTRIBUEZ !

Navigation<< Mieux vivre ensemble | Anticiper les dangers et violences du quotidien >>

Comments are closed