90% des rues en zone à 30 km/h. N'est-ce pas un peu exagéré

0
0

Dans votre programme,il est écrit page 55 :

> Rennes : ville 30. Pour des raisons de santé publique, de prévention > des accidents de la circulation, de lutte contre la pollution, de > protection de l’environnement et de respect de la biodiversité, et > d’amélioration du cadre de vie, notre objectif est de faire de Rennes > une ville où la vitesse de circulation sera limitée à 30 km/heure sur > 90 % des rues (les grands axes restent limités à 50 km/heure).

En roulant à 30 km/h, une voiture est obligée de rouler en deuxième vitesse, avec un régime moteur plus élevé qu'à 50 km/h où il est possible de rouler en troisième vitesse. Cette mesure entrainera une augmentation de la pollution et des nuisances sonores. Donc l'effet obtenu sera l'inverse de celui recherché.

D'autre part, très peu d'automobilistes respectent la limite 30 km/h. C'est facile à constater rue de Rennes et route de Paris à Cesson-Sévigné. Pour que cela puisse être efficace, une zone 30 doit être placée aux endroits où il y a beaucoup de piétons ou de cyclistes qui traversent. Un objectif de 90 % des rues en zone 30 ne parait pas très réaliste.

  • Une ville 30 proposé 9 février 2014
  • Dernière modification 10 février 2014
0
0

Bonjour,

L'abaissement de la vitesse des voitures permet une diminution de la distance de freinage et une augmentation de la sécurité routière. Ainsi, les zones 30 sont naturellement favorables à la circulation des cyclistes et des piétons. En favorisant ces modes de déplacements elle permet une réduction des flux voitures en ville et donc du bruit comme de la pollution.

La pollution sonore est d'ailleurs plutôt due au bruit du roulement des voitures qu'au bruit de leurs moteurs (que les constructeurs font toujours plus silencieux). En réduisant la vitesse à 30 km/h on abaisse le bruit du roulement. Ainsi sur certaines zone 30 on enregistre des baisses du bruit de 4 db soit l'équivalent d'une division par deux des flux voiture.

Enfin, la vitesse moyenne d'une voiture en ville (stationnement non compris) est actuellement de 14 km/h (15 km/h pour les vélos...). Ainsi, la généralisation des zones 30 permet une homogénéisation de la vitesse des voitures et la réduction des phases d'accélération/décélération, les plus génératrices de bruit et de pollutions.

En conclusion, les zones 30, intégrées dans une politique globale des déplacements participent à réduire le bruit et les pollutions liées aux circulations voitures. Si elles sont bien aménagées, elles sont bien respectées.

Matthieu, pour "Changez la ville"

Votre réponse